Quinzaine culturelle iranienne 2017

Tous les deux ans, la Quinzaine culturelle iranienne organisée par l’association Strass’Iran a lieu à Strasbourg. Elle se tient cette année du 13 au 26 mars et inclus la célébration de Norouz. Au programme, de nombreuses manifestations culturelles et gastronomiques pour faire découvrir le riche patrimoine de l’Iran.
L’inauguration se fera dans la salle de réception de l’hôtel de ville de Strasbourg à partir de 17 h 30 où sera présenté le programme des festivités.

Continue reading Quinzaine culturelle iranienne 2017

Les livres de l’Avesta. Les textes sacrés des zoroastriens

Le mazdéisme (religion d’Ahura Mazdâ) ou zoroastrisme (religion de Zoroastre) est l’une des plus antiques croyances de l’Orient. Elle a été professée par les anciens Iraniens et est exposée dans les livres de l’Avesta ainsi que dans les textes pehlevis (moyen-perse), plus tardifs. Cette religion a eu une influence considérable, au point d’intriguer les philosophes grecs et d’influencer les systèmes religieux voisins.

Mais les vicissitudes de l’histoire ont fait que ces grands textes de l’humanité sont peu à peu tombés dans l’oubli. De cette splendeur passée, il ne reste que les modestes communautés zoroastriennes d’Iran et les Parsis de Bombay. Pour le grand public d’Occident, seuls survivent, dans la mémoire collective, les rois mages, dont l’un était iranien.

Continue reading Les livres de l’Avesta. Les textes sacrés des zoroastriens

Le réveil de l’Iran

L’Iran est désormais un acteur incontournable dans un Moyen-Orient en pleine recomposition. Avec son allié russe et son voisin turc, la République islamique entend tirer un maximum de bénéfices de l’accord historique sur son programme nucléaire signé en juillet 2015. Bénéfice déjà visible pour le pétrole…

Invité : Mohammad-Reza Djalili, ancien professeur à l’IHEID (Institut de hautes études internationales et du développement).
Présentation : Marcel Mione.

(source TV5Monde)

Le faucon et les hiboux

Il était une fois…

Un faucon, qui avait sa place de choix chez les rois, perdit un beau jour son chemin et se trouva au milieu de ruines, entouré de chouettes qui avaient fait de ces décombres leur nid. Les hiboux ne pouvaient pas tolérer un oiseau royal planant à haute altitude parmi eux. L’envie et la peur allaient de pair chez ces oiseaux lugubres. « Ce faucon insolent a débarqué ici, pour y prendre notre place, celle réservée aux hiboux, et nous expulser de ces ruines qui sont notre nid. », vociféraient les chouettes envieuses. Et ils tombèrent sur l’altier faucon, distillèrent le venin et l’insultèrent :

Continue reading Le faucon et les hiboux

Forough Farrokhzâd, poète trop tôt disparue

Forough Farrokhzad, décédée le 13 février 1967 dans un accident de voiture.
Forough Farrokhzad, décédée le 13 février 1967 dans un accident de voiture.

Forough Farrokhzâd (1935-1967) (en persan : فروغ فرخزاد) est une poète contemporaine iranienne.

Forough Farrokhzad et son mari Parviz Shapour.
Forough Farrokhzad et son mari Parviz Shapour.

Née dans une famille de militaires à Téhéran le 5 janvier 1935, Forough est la troisième d’une fratrie de sept. En 1948, à la fin du primaire, elle commence à écrire des ghazals. Après avoir obtenu son diplôme secondaire, elle s’inscrit à l’école technique de Kamalolmolk où elle étudie la couture et la peinture.

Elle épouse en 1951, à l’âge de 16 ans et contre l’avis de ses parents, son cousin Parviz Shapour, satiriste iranien de renom, puis déménage à Ahvaz pour suivre son mari avec lequel elle apprend la peinture. Elle donne naissance un an après son mariage à son unique fils Kamyar et se sépare de son mari en 1954 qui obtient la garde de l’enfant. Cette double séparation la fragilisera.

Continue reading Forough Farrokhzâd, poète trop tôt disparue

Téhéran : effondrement de la tour Plasco

Ce qui reste du Plasco

Suite à un incendie, le Plasco situé au cœur de Téhéran s’est effondré ce jour. Construite en 1962 par l’homme d’affaires Habib Elghanian, un juif iranien, elle fut nommée d’après le nom de son entreprise de production de plastique.

Habib Elghanian en 1972.
Habib Elghanian en 1972.

Habib Elghanian, né en 1909 et exécuté le 9 mai 1979, est un homme d’affaires et philanthrope iranien. Représentant la communauté juive en Iran dans les années 1970, il est arrêté et condamné à mort après la Révolution islamique pour des accusations de corruption, de contacts avec Israël et le sionisme, et pour son amitié avec les ennemis d’Allah. Il est le premier juif et homme d’affaires à être exécuté par le gouvernement islamique de Mehdi Bazargan. Son exécution a causé la peur au sein de la communauté juive, incitant de nombreux Juifs à quitter l’Iran. (Wikipédia)

Continue reading Téhéran : effondrement de la tour Plasco

Le Père Noël vient aussi à Téhéran

L’Iran, bien que musulman, héberge de nombreuses minorités confessionnelles — souvent persécutées à différents degrés —, dont environ 100 000 chrétiens. Depuis quelques années, la fête de Noël rencontre un succès grandissant auprès des Iraniens, et plus particulièrement dans la capitale.

Au premier abord, Téhéran n’a pas l’air d’une étape privilégiée pour le père Noël. Mais de nombreux Iraniens, y compris musulmans, adorent le kitsch de Noël, dans un pays parmi les plus sûrs de la région pour les chrétiens.

Des Iraniennes regardent les décorations de Noël dans des boutiques de Téhéran, le 24 décembre 2016.
Des Iraniennes regardent les décorations de Noël dans des boutiques de Téhéran, le 24 décembre 2016.

Courant décembre, les clients ont afflué dans le quartier arménien de Somayeh, qui compte la plus grande concentration de chrétiens de la ville, pour acheter de faux sapins de Noël, des boules, des rennes et des bonshommes de neige en plastique.

Continue reading Le Père Noël vient aussi à Téhéran

Shiraz-Persépolis : quand l’Iran accueillait un festival d’art

Dernière affiche du festival_des_arts de Shirâz-Persépolis (Musée d'art moderne de Paris)
Voir description à la fin de l’article.

De 1967 à 1977, le festival des arts de Shirâz-Persépolis (جشن هنر شیراز) s’est déroulé à Shirâz et Persépolis, Cette manifestation culturelle a accueilli des artistes du monde entier. Elle fut annulée au lendemain de la Révolution islamique.

Pendant 12 ans, le site antique de Persépolis a vu passer des spectacles qui mélangeaient allègrement la tradition persane au travail d’avant-garde d’artistes occidentaux.

Des musiciens tels Iannis Xenakis, John Cage, Gordon Mumma et Karlheinz Stockhausen y ont croisé des musiciens traditionnels balinais, une formation de Radio France, l’ensemble de percussion de Strasbourg, mais aussi Yehudi Menuhin ou Ravi Shankar.

Continue reading Shiraz-Persépolis : quand l’Iran accueillait un festival d’art