Ispahan par l’image et par les textes

Une partie de la ville d'Ispahan vue depuis le toit du Palais d'Ali Qapu.
Une partie de la ville d’Ispahan vue depuis le toit du Palais d’Ali Qapu. Au premier plan le grand immeuble est l’Hotel Abbassi qui mérite une visite même si ce n’est pas pour y résider. Le dôme est celui de la Madrasa de la mère du Shâh nommée actuellement Madrasa Chahar Bâgh (août 2001).

Ispahan est la troisième ville d’Iran, situés à 340 kilomètres au sud de Téhéran. Capitale de la Perse entre le XVIe et le XVIIIe siècle, l’origine de la ville de la création de la ville n’a pas été établie par manque de preuves archéologique. On suppose qu’elle est ancienne de par sa situation géographie, au centre de l’Iran. Ispahan est l’une des plus anciennes villes iraniennes.

Continue reading Ispahan par l’image et par les textes

La Perse vue par Sir Robert Ker Porter

Portrait de Sir Robert Ker Porter (1822).
Portrait de Sir Robert Ker Porter (1822).

Les récits de Sir Robert Ker Porter sur ses voyages au Moyen-Orient donnent un aperçu d’une région qui était largement méconnue de la plupart des Européens. Ses aquarelles originales constituent une source visuelle fascinante et sont à la fois descriptives de leurs décors et de leurs belles œuvres d’art. Christopher Wright [1] raconte le voyage de Porter à travers un paysage inconnu et enchanteur.

Continue reading La Perse vue par Sir Robert Ker Porter

La Perse à l’Exposition Universelle de 1889

Vue générale de l'Exposition universelle de 1889.

Terre d’iran vous invite à faire un voyage à travers le temps en publiant un article paru dans la revue L’Art de 1889 à l’occasion de l’Exposition universelle de Paris. Le texte a été reproduit à l’identique. L’Iran s’appelait alors la Perse et les noms des différentes villes et régions sont orthographiés à la manière du XIXe siècle.

Continue reading La Perse à l’Exposition Universelle de 1889

Le caravansérail d’Izadkhast : un carrefour sur la route de la soie

Le caravansérail d'Izakhast vu de la citadelle.
Le caravansérail d’Izakhast vu de la citadelle.

Il existe un lieu en Iran qui, selon moi, ne retient pas l’attention qu’il mérite. Niché au cœur même d’une portion de l’ancienne route de la soie qui traversait la Perse, le caravansérail d’Izadkhast mérite qu’on s’y arrête, pour le visiter et le photographier à tout moment de la journée, principalement tôt le matin et juste avant le coucher du soleil.

Continue reading Le caravansérail d’Izadkhast : un carrefour sur la route de la soie

Hache inscrite au nom du roi Untash-Napirisha

Hache au nom d'Untash Napirisha

Cette hachette au nom d’Untash-Napirisha est dédiée aux dieux Ishnikarab et Kiririsha. Elle a été trouvée à Tchoga Zanbil, dans le sanctuaire d’Ishnikarab, à côté de la grande ziggourat vouée par le roi à Inshushinak et Napirisha. Cette arme s’inscrit dans la tradition du début du IIe millénaire où les lames des haches sont comme « crachées » par une tête animale, celle d’un lion la plupart du temps. Sur le côté est figuré un sanglier en électrum.

Continue reading Hache inscrite au nom du roi Untash-Napirisha

Persépolis, le Paradis perse

Sur les hauts plateaux iraniens se trouve le berceau de l’une des plus grandes civilisations de bâtisseurs de l’Antiquité : les Perses.  Ils y ont édifié un chef-d’œuvre d’architecture : Persépolis. Jusqu’à présent, on pensait que ce site se limitait à son imposante terrasse, utilisée par les rois perses quelques mois dans l’année. Mais des découvertes récentes révèlent un tout autre visage de la cité, celui de l’une des villes les plus opulentes du monde antique : un éden dans les montagnes perses. (Arte)

Voir aussi :
« Shiraz-Persépolis : quand l’Iran accueillait un festival d’art »
« Des fouilles révèlent une ancienne porte à Persépolis »

Avènement de Réza Shâh Pahlévi

Portait officiel de Réza Shâh Pahlévi

Après avoir jeté ses derniers feux sous la dynastie séfévide, la Perse est tombée au XIXe siècle sous la coupe d’une dynastie d’origine turque, les Qadjars. Le pays a alors végété, sans même qu’une puissance européenne éprouve l’envie de s’en emparer ! Les Qdjars ont abandonné Ispahan et déplacé leur capitale à Téhéran, une ville terne, coupée du reste du monde, sans une administration digne de ce nom.

Continue reading Avènement de Réza Shâh Pahlévi

Téhéran par l’image et par les textes

Vue de Téhéran

Téhéran (تهران), qui fut autrefois un village, est devenue ville immense dont la population a été multipliée par 40 depuis qu’elle est devenue la capitale de l’Iran, en 1796. Peuplée dès le néolithique, la première mention de son nom dans les écrits historiques date de 1220. Située dans une plaine au sud de l’Elbourz, la ville s’étale de 1 100 à 1 980 mètres d’altitude. Terre d’Iran vous propose d’aller à la découverte des changements de la capitale iranienne à travers de nombreuses photos.

Continue reading Téhéran par l’image et par les textes

L’Iran, la Turquie et l’Afghanistan se disputent l’œuvre du poète Roûmî

Roûmî
Roûmî

Le débat fait rage : Téhéran et Ankara souhaitent inscrire l’œuvre de Djalâl ad-Dîn Roûmî, et plus particulièrement les 25 600 couplets du Masnavi-i-Ma’navi, au Registre de la Mémoire du monde. Cette liste créée en 1997 regroupe les archives, correspondances ou encore écrits garantissant la protection du patrimoine documentaire mondiale. Cependant, l’Afghanistan ne l’entend pas de cette oreille et dénonce une tentative de « s’approprier l’héritage culturel de l’Afghanistan ». Le pays a donc appelé ses écrivains à agir contre ces procédures.

Continue reading L’Iran, la Turquie et l’Afghanistan se disputent l’œuvre du poète Roûmî