Iran, de Persépolis à Ispahan

France 5 vous emmène pour un voyage d’une heure trente en Iran pour une agréable découverte.

Au cœur de l’ancienne Perse, loin des clichés, Sophie Jovillard découvre un autre visage de l’Iran : ses couleurs, son accueil chaleureux, le début d’une nouvelle ère. Des vestiges de l’incontournable Persépolis à Ispahan, la cité des lumières et du savoir-faire, en passant par la dynamique Téhéran et son grain de folie, Shiraz et ses jardins pleins de poésie ou Yazd, située au cœur du désert salé, la journaliste découvre les 1001 facettes de l’Iran, se déplaçant en taxi, en bus ou en snowboard.

Au sommaire :
– L’ouverture au tourisme
– Chronique d’un village : Abyaneh
– Le tapis persan
– Norouz, le Nouvel An iranien
– Les sportives de Téhéran, combattantes des droits des femmes
– Iran, tenue correcte exigée !

Persépolis, le Paradis perse

Sur les hauts plateaux iraniens se trouve le berceau de l’une des plus grandes civilisations de bâtisseurs de l’Antiquité : les Perses.  Ils y ont édifié un chef-d’œuvre d’architecture : Persépolis. Jusqu’à présent, on pensait que ce site se limitait à son imposante terrasse, utilisée par les rois perses quelques mois dans l’année. Mais des découvertes récentes révèlent un tout autre visage de la cité, celui de l’une des villes les plus opulentes du monde antique : un éden dans les montagnes perses. (Arte)

Voir aussi :
« Shiraz-Persépolis : quand l’Iran accueillait un festival d’art »
« Des fouilles révèlent une ancienne porte à Persépolis »

Shiraz-Persépolis : quand l’Iran accueillait un festival d’art

Dernière affiche du festival_des_arts de Shirâz-Persépolis (Musée d'art moderne de Paris)
Voir description à la fin de l’article.

De 1967 à 1977, le festival des arts de Shirâz-Persépolis (جشن هنر شیراز) s’est déroulé à Shirâz et Persépolis, Cette manifestation culturelle a accueilli des artistes du monde entier. Elle fut annulée au lendemain de la Révolution islamique.

Pendant 12 ans, le site antique de Persépolis a vu passer des spectacles qui mélangeaient allègrement la tradition persane au travail d’avant-garde d’artistes occidentaux.

Des musiciens tels Iannis Xenakis, John Cage, Gordon Mumma et Karlheinz Stockhausen y ont croisé des musiciens traditionnels balinais, une formation de Radio France, l’ensemble de percussion de Strasbourg, mais aussi Yehudi Menuhin ou Ravi Shankar.

Continue reading Shiraz-Persépolis : quand l’Iran accueillait un festival d’art

Des fouilles révèlent une ancienne porte à Persépolis

Site de Pârsa achéménide

Des fouilles effectuées à Persépolis, résidence royale fondée par Darius le Grand vers 518 av. J.-C., ont mis au jour une porte antique à Tal-e Ājori (« colline de briques »). Cette dernière, antérieure à Persépolis, est située à 3 500 mètres à l’extérieur de la cité et représente beaucoup pour la compréhension de l’Empire achéménide.

Alireza Askari Chavardi, le responsable de l’équipe iranienne, a dit que les archéologues avaient œuvré pour avoir un aperçu des fonctions de l’ancien complexe à Persépolis au cours du siècle passé et pour présenter une analyse spatiale de la cohérence et des liens conceptuels dans le sens de polis dans la construction royale et des bâtiments environnants.

Continue reading Des fouilles révèlent une ancienne porte à Persépolis