La Perse vue par Sir Robert Ker Porter

Portrait de Sir Robert Ker Porter (1822).
Portrait de Sir Robert Ker Porter (1822).

Les récits de Sir Robert Ker Porter sur ses voyages au Moyen-Orient donnent un aperçu d’une région qui était largement méconnue de la plupart des Européens. Ses aquarelles originales constituent une source visuelle fascinante et sont à la fois descriptives de leurs décors et de leurs belles œuvres d’art. Christopher Wright [1] raconte le voyage de Porter à travers un paysage inconnu et enchanteur.

Le dramaturge du XVIe siècle, Christopher Marlowe, fait réfléchir son héros Tamburlaine « assez courageux pour être un roi,/Et chevauche en triomphe à travers Persépolis ». Faisant allusion aux conquêtes d’Alexandre le Grand, il évoque l’emprise que les anciennes villes de Perse et d’Irak avaient sur l’imaginaire européen. Cependant, à une époque antérieure à la photographie, peu de gens les avaient vus et l’emplacement de la plupart d’entre eux avait été oublié pendant des millénaires. Alors que l’invasion de l’Égypte par Napoléon (1798-1801), accompagnée de savants et de dessinateurs, avait donné un puissant élan à l’égyptologie, conduisant directement au décryptage des hiéroglyphes par Champollion dans les années 1820, la plupart des sites importants du Moyen-Orient n’étaient encore connus, au début du XIXe siècle, que par les récits bibliques et ceux d’auteurs classiques.

Cette situation était en train de changer lentement. Persépolis — la capitale cérémonielle du souverain persan Darius Ier à la fin du VIe siècle av. J.-C. — fut visitée par de nombreux artistes et explorateurs. Au XVIIe siècle, il y eut Pietro della Vallee, suivi, au XVIIe siècle, de Sir John Chardin et Engelbert Kaempfer, puis, au XVIIIe siècle, de Cornelis de Bruijn et de Carsten Niebuhr (celui-ci avait dessiné avec exactitude les inscriptions taillées dans la pierre en écriture cunéiforme, pas déchiffrée à ce moment).

En 1812, James Justinian Morier, qui avait été secrétaire d’une mission britannique près du Shâh de Perse, publia, dans les années 1808 et 1809, A Journey through Persia, Armenia, and Asia Minor to Constantinople (Voyage à travers la Perse, l’Arménie et l’Asie Mineure à Constantinople). Celui-ci fut suivi en 1821 et 1822 par les deux volumes Ker Porter’s Travels in Georgia, Persia, Armenia, Ancient Babylonia, &c. &c. during the years 1817, 1818, 1819 and 1820 (Les voyages de Ker Porter en Géorgie, en Perse, en Arménie, dans l’ancienne Babylone, &c. &c. pendant les années 1817, 1818, 1819 et 1820). Le public a ainsi pu se faire une idée jusqu’alors inégalée de la région et de ses antiquités.

Qui était Ker Porter ?

Né en 1777, son talent artistique précoce avait persuadé Sir Benjamin West de l’admettre à l’école de l’Académie royale en 1791, alors qu’il n’avait que 13 ans. Associé de John Sell Cotman et de Thomas Girtin, il se fit connaître en 1800 avec The Storming of Seringapatam. Ce panorama colossal, long de 60,96 m et d’une surface de 237 m2, contenait près de 700 personnages, représentant la bataille de l’année précédente où les Britanniques avaient vaincu Tipu Sultan, le « Tigre » de Mysore. Terminé en six semaines, il fut exposé au Lyceum Theatre où il rencontra un grand succès.

Compte tenu de son sujet, il n’est peut-être pas surprenant que Ker Porter ait été attiré par une vie militaire, car il devint en 1803 capitaine dans la milice de Westminster. Toutefois, sa famille l’avait dissuadé de servir comme soldat régulier et, en 1805, le tsar Alexandre Ier l’invita à Saint-Pétersbourg pour peindre des fresques murales dans le bâtiment de l’Amirauté de Pierre le Grand, qu’il était en train de reconstruire.

En Russie, Ker Porter épousa la princesse Mary Scherbatoff en 1812. C’est son parent Alexis Olenin, savant, antiquaire, directeur de la Bibliothèque publique impériale et président de l’Académie impériale des arts, qui l’encouragea à se rendre en Perse [Iran moderne] et en Mésopotamie [Irak moderne] pour faire des dessins précis de leurs antiquités.

Les voyages de Ker Porter

Ker Porter partit en août 1817 vers la Géorgie. Ses descriptions de son voyage révèlent la sensibilité romantique de l’époque. Les montagnes qu’il avait vues au Portugal et en Espagne ne l’avaient pas préparé à l’immensité et à la grandeur du Caucase, comme « l’Elborus [Elbrous], aux rochers duquel, selon la tradition, Prométhée aurait été enchaîné… dominant surtout ses sommets blancs et rayonnants se mêlant aux cieux. » Heureusement, il était particulièrement habile à dessiner les paysages montagneux qu’il rencontrait, comme le montre son aquarelle du col du Darial [Dariali].

La passe de Derial sur la rivière Terek. Ce col dramatique et dangereux était la porte d'entrée de l'Europe au Moyen-Orient à travers le Caucase.
La passe de Darial sur la rivière Terek. Ce col dramatique et dangereux était la porte d’entrée de l’Europe au Moyen-Orient à travers le Caucase.

Il arriva à Tiflis [Tbilissi], la capitale de la Géorgie, le 24 octobre 1817 et traversa l’Arménie pour se rendre en Perse, et arriver à Téhéran en mars 1818. C’était alors une ville d’environ 60 000 habitants et elle n’était devenue capitale de la Perse que 30 ans plus tôt. Il était entouré d’un fossé avec des murs de boue, et chacune des quatre portes était gardée par un fort circulaire. La vue de Téhéran, qu’il esquissa, montre la ville avec en arrière-plan les montagnes de l’Elbourz et le mont Demavend [Damavand] au sommet enneigé, et la route d’Isphahan [Ispahan] menant à la porte sud. Les Persans étaient sur le point de célébrer leur Nouvel An, Nowruz, qui marque l’équinoxe de printemps. C’est lors d’une audience publique au cours de ces festivités que Ker Porter rencontra pour la première fois le dirigeant persan, Fath-Ali Shah. Il avait, en 1797, succédé au trône après l’assassinat de son oncle Agha Mohammad, premier monarque de la dynastie Qajar. Il régna jusqu’en 1834. L’arrivée du souverain fut suggérée par « l’effroyable rugissement de deux immenses éléphants entraînés pour l’occasion ». Ker Porter ajouta : « Je n’avais jamais vu auparavant une telle parfaite majesté… C’était un flamboiement de bijoux qui éblouissait littéralement la vue. »

Téhéran de la route d'Ispahan. La capitale iranienne est ici vue du sud, près d'une des tours défensives, à l'extérieur des murs de la ville.
Téhéran, de la route d’Ispahan. La capitale iranienne est ici vue du sud, près d’une des tours défensives, à l’extérieur des murs de la ville.

Au fur et à mesure que la chaleur estivale augmentait, Ker Porter se dirigeait vers le sud jusqu’à Isphahan, puis à travers les montagnes de Zagros jusqu’aux sites archéologiques au nord-est de Shiraz. En juin 1818, il atteint les ruines de Mourg-Aub que Morier avait d’abord identifié comme Pasargades, la capitale de Cyrus le Grand (décédé 528 avant Jésus-Christ) — en utilisant ses travaux comme guide. Il se trouvait à 48 kilomètres au nord-est de Persépolis. Ici, parmi d’autres antiquités, il dessina un pilier, le seul exemplaires des quatre existants, qui flanquaient autrefois la porte d’un édifice cérémonial.

Ker Porter fut frappé par la beauté du relief : « Cela me rappelait tellement la simplicité gracieuse du dessin qui caractérise les meilleures frises grecques que je considérais comme un devoir […] de copier les formes devant moi, exactement comme je l’ai vu ». Il a également noté, à juste titre, l’origine égyptienne de la couronne d’Hemhem que la figure porte. Il transcrit soigneusement de la colonne une inscription cunéiforme, aujourd’hui perdue. Ceci annonce « Moi, Cyrus le Roi, un Achéménite », en trois langues, le vieux perse, l’élamite et le babylonien. Il envoya l’inscription au philologue allemand G. F. Grotefend, qui y reconnut correctement le nom de Cyrus.

Bas-relief de Cyrus le Grand sur un pilier à Pasargades. Le bas-relief représente Cyrus, le fondateur de l'empire achéménide, avec des ailes et une couronne Hemhem.
Bas-relief de Cyrus le Grand sur un pilier à Pasargades. Le bas-relief représente Cyrus, le fondateur de l’empire achéménide, avec des ailes et une couronne Hemhem (couronne rituelle de l’Égypte antique).

Suivant l’exemple donné par Morier, Ker Porter identifia ensuite une impressionnante structure parmi les ruines, connue par les habitants comme le Tombeau de la mère de Salomon, qui est, en fait, le sépulcre de Cyrus le Grand.

Tombe de Cyrus le Grand. Sir Robert Ker Porter a identifié cette ziggourat à Pasargadas comme étant le mausolée de Cyrus le Grand.
Tombe de Cyrus le Grand. Sir Robert Ker Porter a identifié cette ziggourat à Pasargades comme étant le mausolée de Cyrus le Grand.

En quittant Pasargades, il explora les falaises voisines appelées Nakshi-Roustam [Naqsh-e Rustam] par les locaux, qui associaient les reliefs sassanides sculptés avec le légendaire héros persan Rustam. En fait, comme Ker Porter le reconnu, on y montre la défaite des Romains à la bataille d’Édessa en 260 par Shapur Ier, fils d’Ardashir Ier, qui avait renversé l’Empire parthe en 224. Il supposa que la figure agenouillée était l’empereur Valérian capturé. En fait, c’est Valérien qui se tient debout tandis que Philippe l’Arabe, qui avait fait la paix avec les Sassanides après leur défaite de Gordien III en 244, est agenouillé. Ker Porter pensait que ces reliefs présentaient des traces artistiques de l’influence romaine.

"Un

Au-dessus des reliefs sassanides, les tombes de quatre rois achéménides avaient été creusées dans la roche, plusieurs siècles auparavant. Ker Porter visita l’une des tombes en s’aidant d’une corde, un épisode qu’il montre dans son aquarelle. Il pense, à juste titre, que le tombeau, couvert de plusieurs centaines de lignes d’inscriptions, était celui de Darius Ier. Il écrivait à leur propos « Quel trésor d’information qui se trouvait sans doute là pour l’heureux homme qui pouvait le déchiffrer ! C’était douloureusement tentant de regarder un tel “livre scellé”, à l’endroit même du mystère, où, probablement, son contenu expliquerait tout ».

"Une

Après avoir visité les reliefs sassanides voisins de Nakshi-Rajab [Naqsh-e Rajab] — qu’il reconnaissait également être le Shapur Ier — le 23 juin 1818, Ker Porter arriva à Persépolis, connu en persan sous le nom de Tacht-i-Jamshid. Après avoir visité les reliefs sassanides voisins de Nakshi-Rajab[Naqsh-e Rajab] — qu’il reconnaissait également être le Shapur Ier — le 23 juin 1818, Ker Porter arriva à Persépolis, connu en persan sous le nom de Tacht-i-Jamshid (le trône de Jamshid), un souverain persan légendaire. En son temps, c’était la seule ville célèbre de l’Antiquité babylonienne, assyrienne ou perse dont il restait des vestiges importants, et était donc l’un des principaux objectifs de son voyage.

Bien qu’en ruines, l’ancienne capitale de la Perse, fondée par Darius Ier (décédé en 486 av. J.-C.) et partiellement détruite par Alexandre le Grand en 331 av. J.-C., permettait de se faire une idée de sa splendeur passée. Ker Porter ne fut point déçu. En montant la plate-forme sur laquelle s’élevait le « Palais des Quarante Piliers », il se dit : »Rien ne peut être plus frappant que la vue de ses ruines ; si vastes, si magnifiques, si déchus, si mutilés et si silencieux. »

À première vue, il pensait que les ruines trahissaient l’influence égyptienne, mais c’était l’exquise sculpture des frises dans laquelle il croyait discerner l’art grec.

Un panorama des ruines de Persépolis. La grande cité-palais de l'empire achéménide n'avait pas encore été entièrement fouillée lorsque Porter visita le site en 1818.
Un panorama des ruines de Persépolis. La grande cité-palais de l’empire achéménide n’avait pas encore été entièrement fouillée lorsque Porter visita le site en 1818.

Il fut également particulièrement impressionné par les taureaux ailés à tête humaine. Il passa une semaine sur le site, faisant des copies méticuleuses de tout ce qu’il voyait, avant de se rendre, le 1er juillet 1818, à Shiraz. Son récit de Shiraz conclut le premier volume de ses Voyages.

Taureau ailé à Persépolis. Le « lamassu », ou taureau ailé, était à l'origine un symbole de l'Empire assyrien, plus tard adopté par les dirigeants achéménides, comme on le voit ici dans les propylées de Persépolis.
Taureau ailé à Persépolis. Le « lamassu », ou taureau ailé, était à l’origine un symbole de l’Empire assyrien, plus tard adopté par les dirigeants achéménides, comme on le voit ici dans les propylées de Persépolis.

De retour à Isphahan, il traversa Hamadan. Cette ville, comme Ecbatana, avait été l’ancienne capitale des Mèdes, mais il ne restait plus aucune trace de sa grandeur ancienne. Le 21 septembre 1818, il atteint Bisotun [Be-sitoon/Behistun] à l’est de Kermanshah. Ici, il y avait un grand bas-relief sur la paroi rocheuse. Il était difficile de s’approcher et Ker Porter le fit en se mettant en danger. Il pensait qu’il représentait Salamaneser [Shalmaneser], roi d’Assyrie, détruisant le royaume d’Israël en 722 avant notre ère.

En fait, il dépeignait Darius Ier vainquant ses ennemis et rendant compte de son règne en trois langues, le vieux perse, l’élamite et le babylonien. C’est ce qu’on appelle souvent la pierre de Rosette du cunéiforme. Ker Porter se rendit compte de l’importance des textes et a regretté que si peu de progrès aient été accomplis pour déchiffrer « ces lettres apparemment les plus anciennes du monde ». Il a reconnu que, lorsqu’ils ont été déchiffrés, « quel trésor de connaissances historiques serait déployé ici ». Cependant, il n’a pas copié les inscriptions lui-même. Il pensait qu’il lui aurait fallu un mois pour le faire correctement et qu’il ne pouvait l’accomplir qu’à ses risques et périls.

Le bas-relief de Bisitun. Ce relief a été appelé la pierre de Rosette du cunéiforme, un ancien système d'écriture. L'aquarelle de Porter ne comprend pas l'inscription importante.
Le bas-relief de Bisotun. Ce relief a été appelé la pierre de Rosette du cunéiforme, un ancien système d’écriture. L’aquarelle de Porter ne comprend pas l’inscription importante.

Le 3 octobre 1818, Ker Porter traversa de Perse pour se rendre dans l’Empire ottoman et le 14 octobre il atteignit Bagdad. Ici, il fut accueilli par le résident britannique, le brillant érudit oriental Claudius James Rich et son talentueux secrétaire Karl Bellino. Rich avait fait les premiers relevés précis des ruines de Babylone et de Ninive. Le 10 novembre, en compagnie de Bellino, Ker Porter atteint les ruines de Babylone, une série de monticules sur l’Euphrate près de Hillah. Plus de 60 pages des Voyages devaient être consacrées à la description de ceux-ci et de leur environnement.

Panorama des ruines de Babylone. La célèbre ville est restée largement inconnue longtemps encore après la visite de Porter en 1818.
Panorama des ruines de Babylone. La célèbre ville est restée largement inconnue longtemps encore après la visite de Porter en 1818.

Le 12 novembre, il était à Birs Nimrood [Birs Nimrud/Borsippa] dans la plaine déserte à l’est de l’Euphrate, à 18 kilomètres au sud-ouest de Babylone où il vit un monticule isolé de 200 pieds de hauteur surmonté de ruines. Maintenant connue pour avoir été l’ancienne ville de Borsippa, selon la tradition arabe, Niebuhr et Rich, crurent à tort être que ce site fut celui de la tour de Babel. Sur ces ruines, Nabuchodonosor aurait construit son temple à Baal. Ker Porter a fait valoir que ce qui avait survécu était les trois plates-formes inférieures de cette ziggourat de huit étages, décrits par Hérodote.

Lors d’une seconde visite sur ce site, l’équipe de Ker Porter fut surprise par les lions. Porter écrivit : « Je n’ai pu m’empêcher de réfléchir à la fidélité des diverses prophéties qui, dans les Écritures, se rapportaient à la chute totale de Babylone… vérifiant, en fait, les paroles mêmes d’Isaïe : “Les bêtes sauvages du désert resteront là ; et les maisons seront pleines de créatures tristes” ».

La face Ouest de Birs Nimrood. Cette tour aurait été construite sur le site de la fameuse tour de Babel.
La face Ouest de Birs Nimrood. Cette tour aurait été construite sur le site de la fameuse tour de Babel.

Ker Porter quitta Bagdad pour le Kurdistan le 2 décembre, et le jour de Noël il arriva à Tabriz en Perse, où il passa quatre mois. Après une courte visite à Téhéran, il quitta Tabriz le 19 octobre 1819 pour l’Arménie, arrivant à Erivan [Yerevan] le 27 octobre. Au cours de son voyage, il avait vu pour la première fois le mont Ararat « dans les circonstances les plus sublimes ». Il a ensuite voyagé par Kars, atteignant Constantinople [Istanbul] le 26 novembre. La ville cependant, avait été ravagée par la peste et il n’a pas été en mesure d’entrer. En se dirigeant vers le nord pour Bucarest et Lemberg [Lviv], il revint enfin à Saint-Pétersbourg le 14 mars 1820. Il s’était absenté pendant presque trois ans.

Les collections

Ker Porter rapporta avec lui des portfolios d’environ 150 pièces, dont ses aquarelles étonnamment évocatrices, la plupart du temps exécutées en bleu, gris, brun et parfois rose, représentant le pays qu’il avait parcouru et les anciens sites qu’il avait visités. Il avait également accumulé une petite collection d’antiquités, dont il devait offrir le meilleur au British Museum.

Il se rendit ensuite brièvement en Grande-Bretagne pour organiser la publication de ses Voyages. L’éditeur choisi fut Longman, Hurst, Rees, Orme et Brown, qui neuf ans plus tôt avait publié le livre de Morier. Les volumes de Ker Porter étaient toutefois dans une autre catégorie. Alors que Morier’s Journey ne comptait que 25 gravures de ses propres dessins et une de ses inscriptions, Ker Porter’s Travels contenait 89 planches, ainsi que d’autres illustrations.

Les éditeurs se chargèrent de l’exécution des reproductions selon un schéma clairement défini. Les portraits du Shah et du prince héritier, Abbas Mirza, sur la couverture des deux volumes, ont été gravés par William Thomas Fry. Des cartes, des plans et des inscriptions furent assignés à Sidney Hall de Bury Street, Bloomsbury. Charles Heath se chargea des gravures linéaires des antiquités et les aquatintes des paysages de Ker Porter furent produites par « I. Clark », peut-être John Heaviside Clark.

Bien que les graveurs aient été eux-mêmes des artistes accomplis, une comparaison des planches apparaissant dans le livre avec les aquarelles d’origine révèle combien, par nécessité, on a perdu. C’était particulièrement vrai pour les gravures linéaires, qui omettaient pour la plupart le paysage et les figures que Ker Porter avait incluses pour faire comprendre le contexte. Ils eurent également du mal à transmettre la vivacité et la qualité sculpturale des reliefs. Même les aquatintes (gravure à l’eau-forte, NDLR) devaient souvent simplifier le travail de Ker Porter ou le recadrer pour s’adapter aux dimensions du livre. Néanmoins, le résultat général purent donner au grand public l’image la plus claire de la Perse antique et de la Mésopotamie comme il ne l’avait encore jamais vue.

Ker Porter passa le reste de sa vie comme consul britannique au Venezuela. Après sa mort en 1842, le British Museum acquiert ses dessins auprès de sa sœur, la romancière Jane Porter. L’époque héroïque de l’archéologie mésopotamienne prenait naissance avec Emil Botta qui fouillait la capitale assyrienne de Sargon II à Khorsabad, et Austen Henry Layard avec la découverte de la capitale du fils de Sargon, Sennacherib à Nimrud et à Ninive.

Cependant, le problème des cunéiformes demeurait. Les inscriptions à Bisotun devaient être la clé de son déchiffrement. Bellino avait promis de les transcrire pour Ker Porter, mais le volume II des Voyages se termina par une lettre de Rich annonçant la mort prématurée de Bellino en 1820. Au moment où le volume II de l’ouvrage fut publié en 1822, Rich lui-même était mort. C’est à Henry Creswicke Rawlinson qu’il incomba de comprimer les inscriptions en 1836 et 1837. Lui et Edward Hincks furent en mesure de construire sur les travaux de Grotefend de sorte qu’en 1857, il était clair que le script avait été compris. Pendant ce temps, avec l’arrivée au British Museum au début des années 1850, des taureaux ailés fouillés par Layard à Niniveh, le public pouvait voir par lui-même les vestiges physiques de la culture que Ker Porter avait dépeinte.

[1] Christopher Wright a été conservateur au département des manuscrits de la British Library (1974-2005) et rédacteur-en-chef du British Library Journal [1989-1999). En 1977, il est commissaire d’une exposition d’aquarelles de Ker Porter au British Museum. L’article original a été publié sous le titre Painting Persepolis.

Attribution-Non Commercial 4.0 International (CC BY-NC 4.0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *