Les nomades oubliées de l’Iran

Elles ont appris à se débrouiller seules, quand les hommes partaient des mois combattre auprès des troupes du shâh. Elles montent à cheval, tirent au fusil, ne portent pas le tchador noir… Les femmes nomades jouissent d’une autonomie inégalée en Iran. Mais leur survie est en danger. Reportage sur les routes de la transhumance, comme aux premiers jours du monde.

Juchée sur un cheval, une silhouette drapée de noir traverse, hiératique, un bras de rivière. La scène semble échappée du Livre des Rois, long poème épique d’Abolqasem Ferdowsi sur l’histoire de la Perse, rédigé au XIe siècle. Depuis, rien n’a vraiment changé pour les Bakhtiaris et les Kachkaïs, les deux tribus majoritaires d’Iran, qui effectuent le même long voyage avec leurs troupeaux de moutons depuis les pâturages au nord de Chiraz jusqu’aux terres proches du golfe Persique.

Répartition des ethnies et religions en Iran.
Répartition des ethnies et religions en Iran.

« Ashayer » (عشایر), le mot persan pour désigner les nomades, évoque des déserts arides, des montagnes tutoyant les cieux, des visages burinés surgis de temps immémoriaux. Ils ont été les héros de la révolution constitutionnelle de 1905. Ils ont affronté les Britanniques lors de la Seconde Guerre mondiale, lutté contre les Russes et résisté aux attaques du gouvernement central iranien, à la fois jaloux de l’influence des « Khans » dans la région et honteux de cette société archaïque, à contre-courant de l’image d’un Iran en mutation.

Il y a moins d’un siècle, les nomades représentaient la moitié de la population iranienne. Aujourd’hui ils ne sont plus que 1,5 million à tenter de résister aux multiples politiques de sédentarisation et aux sirènes de la modernisation.

Les invisibles des montagnes

Lever le voile sur l’existence de ces irréductibles représente un sacré défi journalistique. Au point de s’interroger sur la réalité derrière le mythe. « Est-ce qu’ils existent vraiment ? » C’est la question qui a taraudé Catalina Martin-Chico lorsqu’elle a commencé à s’intéresser à ces invisibles sortis des radars officiels.

Caravane kachkaï en bivouac
Caravane kachkaï en bivouac.

« J’avais entendu parler d’eux un peu par hasard, mais quand j’ai commencé à faire des recherches plus concrètes, je me suis rendu compte que les dernières études les concernant remontaient aux années 70 », raconte cette photographe franco-espagnole de 47 ans qui, de rencontres en coups de chance, parvient à remonter leur trace. Elle décide alors d’emprunter les routes de la transhumance et découvre une vie primitive, à peine bousculée par quelques concessions au mode de vie moderne.

Désormais, la sonnerie d’un téléphone mobile déchire parfois le silence des montagnes, et la camionnette se substitue de plus en plus aux ânes et aux chevaux sur les routes cahoteuses empruntées par les troupeaux. Mais la transhumance reste une mise à l’épreuve des corps : installer le campement chaque soir dans un endroit différent, couper le bois, porter l’eau, monter la garde la nuit contre les voleurs de bétail…

Dans cette épopée sauvage, la tendresse trouve rarement sa place. Catalina Martin-Chico en saisit des instants fugaces et émouvants, comme lorsque Hosseini, barbe noire fournie, fait sauter sa fillette préférée dans ses bras. Amoureux de ces montagnes qui ont vu naître avant lui son père et son grand-père, ce chef de tribu bakhtiari n’envisage pas d’autre existence que la sienne. Si l’un des miens veut se sédentariser, je l’étrangle plaisante-t-il. Sa femme, Zohra, souffre de calculs rénaux et d’une tendinite à l’épaule. Pour son mari, les médecins ne sont jamais une solution. Alors son corps abîmé supporte les tâches sans broncher, mais sa tête s’évade souvent vers des rêves de confort inavouables.

Loin de la police de la vertu

« Difficile ? Mais qu’est-ce que ça veut dire, difficile ? Ça veut dire quoi la douleur ? Rien n’est difficile. On le fait, et c’est tout », lâche Masumé, mi-fâchée mi-surprise qu’on puisse s’émouvoir de ses conditions de vie. Foulard sur la tête et fusil à l’épaule, la vieille femme trace son chemin, libre et sans état d’âme.

Des nomades et leur troupeau de moutons.

Depuis toujours, les femmes nomades ont appris à se débrouiller seules, quand les hommes partaient des mois combattre auprès des troupes du shah. Elles savent monter à cheval et tirer au fusil de chasse, jouissant d’une autonomie inégalée en Iran. Elles ne portent pas le tchador noir, mais leur tenue traditionnelle colorée, vivent sans être séparées des hommes, et si les citadines n’ont pas le droit d’enfourcher une moto, elles montent à cheval, loin de la police de la vertu et de ses mollahs inquisiteurs.

Dès leur plus jeune âge, les enfants sont, eux aussi, taillés pour affronter la rudesse du quotidien. « J’ai le souvenir de jouer avec la petite Mahsan, 8 ans à peine, et de trouver qu’elle me faisait mal, qu’elle ne contrôlait pas sa force », raconte Catalina Martin-Chico.

[Lire la suite sur Marie-Claire]

Voir aussi :
« Avec les derniers nomades d’Iran » (17 octobre 2007)
« Ashayer, le temps des nomades » (24 mars 2016)

Bibliographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *