Le zoroastrisme numérique à la British Library

La British Library a la chance de posséder une collection inégalée de plus de 100 ouvrages zoroastriens allant de la plus ancienne, la prière Ashem Vohu du IXe siècle écrite en écriture sogdienne, découverte par Aurel Stein en Asie centrale en 1907, aux manuscrits recueillis tout récemment spécialement pour la Royal Society de Londres, à la fin du XIXe siècle. Bien que le zoroastrisme soit d’origine iranienne, la plupart de nos manuscrits proviennent en fait de l’Inde. Ils sont écrits en avestique (ancien iranien), en persan moyen, en nouveau persan, ainsi que dans les langues indiennes comme le sanskrit et le gujarati.

Au cours des dernières années, plusieurs de nos manuscrits sont devenus familiers grâce à des expositions telles que la Flamme éternelle : le zoroastrisme dans l’histoire et l’imagination, qui s’est tenue à la SOAS (2013) et à New Delhi (2016), ainsi qu’à travers les articles et les éléments des collections sur le zoroastrisme inclus dans notre récent site web Discovering Sacred Texts. Sur cette base et grâce au soutien philanthropique de Mme Purviz Rusy Shroff, nous avons pu achever la numérisation de l’ensemble de la collection. Ce billet d’introduction retrace l’histoire de la collection et se veut le premier d’une série mettant en valeur la collection au fur et à mesure que les manuscrits seront mis en ligne au cours des prochains mois.

Une des prières zoroastriennes les plus sacrées, l’Ashem vohu, a été découverte à Dunhuang par Aurel Stein en 1907. Transcrite en écriture sogdienne (une langue iranienne médiévale), ce fragment date d’environ du ixe siècle après J.-C., soit environ quatre siècles plus tôt que tout autre texte zoroastrien survivant (BL Or.8212/84). Domaine public

La collection est composée de trois grandes collections décrites ci-dessous, datant des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, en plus des pièces individuelles acquises par les voyageurs britanniques en Inde et les employés de la Compagnie des Indes orientales. J’en dirai plus sur ces collections individuelles dans mes prochains articles.

Thomas Hyde (1636–1703)

Notre plus ancienne collection, et la première à avoir atteint l’Ouest, a été acquise pour le polymathe du XVIIe siècle, Thomas Hyde. Hyde a été professeur laudien d’arabe à l’université d’Oxford en 1691 et professeur regius d’hébreu en 1697. Il a également été secrétaire royal et traducteur de langues orientales pour trois monarques successifs : Charles II, Jacques II et Guillaume III. Bien qu’il n’ait jamais voyagé en Orient lui-même, il a constitué un réseau de voyageurs et de fonctionnaires de la Compagnie des Indes orientales à qui il a demandé d’acheter, en son nom, des livres et des manuscrits. Plusieurs d’entre eux étaient des aumôniers que Hyde avait personnellement recommandés au Levant et aux compagnies commerciales des Indes orientales. Après sa mort en 1703, une partie de sa collection fut achetée par la reine Anne pour la Bibliothèque royale. Elle a ensuite été donnée au British Museum par le roi George III en 1757.

Une copie de la Khordah Avesta (« Petite Avesta ») qui contient des prières, des hymnes et des invocations. Ce manuscrit commence par l’Ashem vohu (qui figure également dans l’écriture sogdienne ci-dessus) et est daté du 30 Ardibihisht 1042 à l’époque de Yazdagird (1673). Il a été copié à la demande de l’agent anglais Kunvarji Nanabhai Modi, probablement sur commande pour Hyde. Hyde savait lire, bien qu’il n’avait jamais compris l’avestique, mais il a utilisé ce manuscrit particulier comme modèle pour le type spécial d’avestique qu’il avait créé pour sa célèbre Histoire de la religion persane publiée en 1700 (BL Royal Ms 16.B.vi, f. 1r). Domaine public

Samuel Guise (1751-1811)

Samuel Guise a commencé sa carrière comme chirurgien à l’établissement de Bombay de la Compagnie des Indes orientales en 1775 et, de 1788 à la fin de 1795, il a été chirurgien en chef à l’usine de la Compagnie des Indes orientales à Surat où son travail l’a mis en contact étroit avec la communauté parsie. Collectionneur passionné, il a acquis au total plus de 400 manuscrits pendant son séjour en Inde. Il a eu la chance de pouvoir acheter à sa veuve, la collection du célèbre Dastur Darab qui avait enseigné au premier traducteur de l’Avesta, Anquetil du Perron, entre 1758 et 1760 (Guise, Catalogue, 1800, p. 3-4) :

Cette collection a été réalisée à Surat, de l’année 1788 à la fin de 1795, avec beaucoup de difficultés et de dépenses. […] De cette collection, aussi riche soit-elle en ouvrages arabes et persans de qualité, la valeur principale est constituée par les nombreux mss zend et pahlavi traitant de l’ancienne religion et de l’histoire des Parsis, ou disciples du célèbre Zoroastre, dont beaucoup ont été achetés, à un prix très élevé, à la veuve de Darab, qui avait été, dans l’étude de ces langues, le précepteur de M. Anquetil du Perron ; et certains manuscrits sont tels que ce Français curieux a trouvé impossible de se procurer.

En 1796, il se retire à Montrose, Angus, où il vit jusqu’à sa mort en 1811. L’histoire de sa collection et ce qu’il en est advenu par la suite est racontée dans mon article « L’étrange histoire de Samuel Guise : une collection de manuscrits zoroastriens du XVIIIe siècle », mais finalement, en 1812, 26 manuscrits zoroastriens ont été acquis aux enchères par la East India Company Library. Ils comprennent l’un des plus anciens manuscrits avestiques encore conservés, le Pahlavi Videvdad (« Loi pour chasser les démons »), un ouvrage juridique portant sur le rituel et la pureté qui a été copié en 1323 après J.-C. (Ms Avestan 4). D’autres manuscrits importants sont une copie du texte liturgique, le Videvdad sādah (Ms Avestan 1), attribué au XVe siècle, et l’une des plus anciennes copies du Yasna sādah — le texte simple du rituel Yasna sans aucun commentaire — (Ms Avestan 17).

Les versets 6-7 de Yasna 43 sur la création de l’univers. Les décorations florales rouges, une caractéristique de ce manuscrit, sont des séparateurs de versets. Cette copie a été achevée en Inde en 1556 (BL Ms Avestan 17, f. 128r). Domaine public

Burjorji Sorabji Ashburner

Burjorji Ashburner était un marchand prospère de Bombay, un franc-maçon et un membre de la Bombay Asiatic Society. Il était également membre du comité de gestion de l’une des plus importantes bibliothèques zoroastriennes de Bombay, la bibliothèque Mulla Firuz, et s’est attaché à faire faire des copies de certains des documents les plus rares. En avril 1864, Burjurji a écrit pour offrir quelque 70 à 80 volumes à la Royal Society de Londres, en promettant d’en ajouter d’autres :

Au cours de mes recherches sur les antiquités… en particulier sur la religion des Parsis, j’ai eu la chance d’obtenir de précieux manuscrits anciens en zend, pehlui et persan. Je ne souhaite pas garder pour moi ce qui peut être utile dans le monde littéraire. [1]

Sa collection se composait d’œuvres standards arabes et persanes, en plus de dix-neuf manuscrits spécifiquement zoroastriens en persan, avestique et pahlavi. Un certain nombre de manuscrits de Bujorji sont originaires d’Iran. Le plus ancien est une copie illustrée du Videvdad sādah (RSPA 230) qui a été copié à Yazd, en Iran, en 1647. Alors que les manuscrits zoroastriens sont généralement non illustrés, à l’exception de petits dispositifs tels que des diviseurs de vers et des diagrammes occasionnels, celui-ci, exceptionnellement, contient sept dessins colorés d’arbres, utilisés comme titres de chapitres, un peu comme les manuscrits islamiques de la même période.

Le début du chapitre 19 de la sadah du Videvdad dans lequel Zoroastre repousse une tentative de suicide du démon Buiti, envoyé par l’esprit maléfique Angra Mainyu. Notez l’écriture calligraphique allongée qui est typique des manuscrits plus anciens d’Iran (BL RSPA 230, f. 227r). Domaine public

Plusieurs manuscrits de Bujorji ont été copiés ou écrits par Siyavakhsh Urmazdyar, poète et écrivain iranien vivant à Bombay au milieu du XIXe  siècle. Son nom poétique était Azari, mais il était aussi connu sous le nom de Sarfahkar Kirmani ou Irani. Il a notamment écrit des ouvrages en persan sur le calendrier (sujet d’une grande controverse à l’époque), un dictionnaire, des traités sur la divination et l’interaction entre zoroastriens et musulmans, ainsi que des copies de textes avestiques.

Autres sources

Les manuscrits restants ont été acquis en Inde, principalement par des serviteurs de la Compagnie des Indes orientales : Jonathan Duncan, gouverneur de Bombay (1756-1811), Sir John Malcolm (1769-1833) et le linguiste et poète écossais John Leyden (1775-1811). Elles s’étendent du XVIe au XIXe siècle.

Le début du Qissah-i Sanjan, l’histoire traditionnelle en vers persans de la colonisation des Parsis en Inde composée par Bahman ibn Kayqubād à Nausari en 1600 après J.-C. Cet exemplaire n’est pas daté, mais a été écrit, très probablement, pour John Leyden, sur du papier filigrané de 1799 (BL IO Islamic 2572, f. 1v). Domaine public

Pour en savoir plus

  • Samuel Guise, A Catalogue and Detailed Account of a Very Valuable and Curious Collection of Manuscripts, Collected in Hindostan. London, 1800 (Catalogue et compte rendu détaillé d’une très précieuse et curieuse collection de manuscrits, collectés en Hindoustan. Londres, 1800).
  • Almut Hintze, An Introduction to Zoroastrianism, in Discovering Sacred Texts, British Library 2019.
  • Jenny Rose, Zoroastrianism from the early modern period, in Discovering Sacred Texts, British Library 2019.
  • Ursula Sims-Williams, Zoroastrianism in late antiquity, in Discovering Sacred Texts, British Library 2019. (Le zoroastrisme de la fin de l’Antiquité, dans Discovering Sacred Texts, British Library 2019).
  • —————-, The strange story of Samuel Guise: an 18th-century collection of Zorostrian manuscripts, Bulletin of the Asia Institute 19, 2005 (2009), pp. 199–209.
  • —————-, Zoroastrian Manuscripts in the British Library, London, in The Transmission of the Avesta, ed. A. Cantera. Wiesbaden, 2012, p. 173-94.

Nous sommes reconnaissants à Mme Purviz Rusy Shroff, M. Neville Shroff et M. Zarir Cama pour leur généreux soutien à ce projet.

Ursula Sims-Williams, Conservateur principal Persan, British Library
CCBY

[1] Archives de la Société royale MC.7.53 : Ashburner au ministre des Affaires étrangères, 13 avril 1864

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *