Le succès grandissant de la musique rock, pop et blues en Iran

La musique reste un problème dans la République islamique, surtout si elle est l’émanation culturelle de l’Occident. Cela n’empêche pas de nombreux groupes de se multiplier au plus grand plaisir des jeunes Iraniens. Découverte de la scène musicale téhéranaise avec, entre autres, Match Box, un groupe de blues crée en 2013.

Malgré les restrictions au cours des trois dernières décennies, nombre de musiciens sont restés dans leur Iran natal et ont continué à jouer du rock et du blues.

Le chanteur a appelé la petite foule massée dans l’amphithéâtre à se joindre à lui et à chanter en chœur sur son air favori, un air ancien et peu conventionnel :
« Come on
Oh baby don’t you want to go
Back to the same old place
Sweet home Chicago »

Sweet Home Chicago, une chanson emblématique du blues enregistrée à l’origine en 1936 par Robert Johnson, a été la dernière chanson jouée par le groupe de blues iranien Matchbox dans un petit amphithéâtre logé dans le centre culturel de Niavaran, à Téhéran, en janvier. Match Box n’est qu’un groupe parmi d’autres jouant de la musique de style occidental en Iran.
Depuis le début du mandat de Hassan Rohani en 2013, les récits sur la scène musicale iranienne sont devenus populaires dans des médias occidentaux en quête de symboles d’une nouvelle atmosphère plus ouverte en Iran. Ces médias ont été surpris de découvrir que des chanteuses montent sur scène, que des stars de la pop avec des milliers de fans en délire se produisent en concert et que des groupes de rock et de metal jouent en live. Pourtant, cette scène musicale « officieuse » n’a rien de nouveau et a derrière elle une longue histoire dans ce pays.

La musique n’est pas une guerre

Le neuvième album studio de Pink Floyd, Wish You Were Here, a changé la vie de Nima Navapour. Le batteur iranien a entendu pour la première fois cet album sur une cassette en 1977. « La musique de Pink Floyd m’a totalement stupéfait », se souvient Navapour, qui avait 15 ans à l’époque. « Ce jour-là, j’ai fait mon choix et j’ai décidé de devenir batteur », raconte-t-il.

Navapour a commencé sa carrière musicale en tant que chanteur dans le groupe de musique de son école avant de commencer à apprendre les rythmes et les techniques de base de la batterie. En 1979, il a commencé des cours de batterie avec un tuteur, mais cet âge d’or de son apprentissage n’a pas duré longtemps en raison de la révolution islamique et de l’interdiction à large échelle de la musique qui a rapidement suivi.

Lire la suite sur Arrêt sur Info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *