La citadelle de Bam rouverte au public 13 ans après sa destruction

La citadelle de Bam

Le 26 décembre 2013, Terres d’Asie publiait un article à l’occasion du dixième anniversaire de la destruction de Bam par un séisme de grande ampleur. Trois ans après, la célèbre citadelle est sur le point de rouvrir.

Le plus grand bâtiment en adobe du monde commence à retrouver une partie de sa gloire passée après la reconstruction de la citadelle centrale, qui devrait être rouverte au public.
Construite autour de 500 av. J.-C., la citadelle de Bam a été frappée par un tremblement de terre qui a dévasté totalement la ville du même nom, dans la province désertique de Kerman. Le séisme a détruit 90 % de ce monument architectural inestimable, mais les tentatives de reconstruction, qui ont commencé presque immédiatement après le séisme, ont fait renaître la citadelle en combinant des méthodes traditionnelles et modernes. Les premiers efforts ont cherché à restaurer la force du château et préserver à la fois son identité historique, de même que sa couleur.

Dans le processus de reconstruction, différents universitaires et experts ont participé à une équipe multinationale pour ériger de nouveau la citadelle ; aujourd’hui, après de nombreuses années, la forteresse est prête à retrouver sa gloire passée. La preuve en est le flux de grands groupes de touristes qui viennent à Bam tous les jours juste pour voir ce petit bijou de l’Orient. On estime que 99 % de la citadelle historique a été restaurée à l’identique, avec des travaux toujours en cours dans d’autres parties.

Afshin Ebrahimi, le directeur de Bam Heritage International, une ONG qui a fait enregistrer la citadelle sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, a déclaré à Mehr que les travaux de restauration donneraient au public l’accès au bureau et au siège du gouverneur (hakim neshin), ainsi qu’au premier porche de la citadelle. Il s’est montré satisfait du processus de reconstruction. « La reconstruction a transformé la citadelle en l’un des plus grands ateliers d’architecture jamais créés dans la restauration d’un monument historique et dans le résultat d’une solidarité et d’une collaboration nationales pour restaurer un monument d’une civilisation disparue depuis longtemps. Nous prédisons une affluence de touristes qui vont aller vers la citadelle à la veille du prochain Nouvel An (21 mars 2017) ; cependant, pour que cela devienne une réalité, nous avons besoin de ressources nécessaires pour donner un second souffle au processus de construction, en instillant de l’espoir dans le corps de l’ancien bâtiment géant ».

« Le siège du gouverneur est le point culminant de la citadelle, avec une vue imprenable sur le paysage et la ville elle-même. Près de 99 % des décombres ont été enlevés, et la consolidation et le renforcement de l’édifice suivront. Au cours de la restauration, la recherche et le travail technique ont été menés régulièrement, sachant que les décombres étaient la partie la plus précieuse de la litadelle, car elles donnaient aux chercheurs des informations historiques rares quant à l’origine des roches et de l’adobe utilisés dans le bâtiment », explique-t-il.

Bam
Vue de Bam et de sa citadelle.

Reza Ashk, le gouverneur de la ville, nous rappelle que Bam, juste après le tremblement de terre, reste un souvenir douloureux pour beaucoup d’habitants, avec la mort d’êtres chers et le deuil public de la citadelle. « En 2003, la citadelle a été démolie par le tremblement de terre ; cela frappa le peuple de douleur et de désespoir, car la citadelle était une source d’inspiration et le symbolise de la vie au milieu du désert. Maintenant, cependant, ces efforts portent leurs fruits, et les populations locales se sentent heureuses de voir le nouveau monument restauré. L’accueil international a été satisfaisant, et l’aéroport de la ville a contribué à cet afflux de touristes, qui sont plus nombreux que jamais ».

« Les nouvelles de l’ouverture de la Citadelle a fait la une des manchettes pendant les vacances du Nouvel An, quand pendant près de deux semaines, la citadelle a vu des milliers de touristes venir rendre hommage à ce monument. La Citadelle attend toujours une reconnaissance mondiale sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO », conclut Ashk.

Source Iran FrontPage

Voir aussi :
L’ancienne citadelle d’Arg-é Bam a été reconstruite à l’identique (màj – 30 juin 2017)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *