Des fouilles révèlent une ancienne porte à Persépolis

Site de Pârsa achéménide

Des fouilles effectuées à Persépolis, résidence royale fondée par Darius le Grand vers 518 av. J.-C., ont mis au jour une porte antique à Tal-e Ājori (« colline de briques »). Cette dernière, antérieure à Persépolis, est située à 3 500 mètres à l’extérieur de la cité et représente beaucoup pour la compréhension de l’Empire achéménide.

Alireza Askari Chavardi, le responsable de l’équipe iranienne, a dit que les archéologues avaient œuvré pour avoir un aperçu des fonctions de l’ancien complexe à Persépolis au cours du siècle passé et pour présenter une analyse spatiale de la cohérence et des liens conceptuels dans le sens de polis dans la construction royale et des bâtiments environnants.

Pour ce qui est des fouilles, il a dit : « L’une des sections les plus importantes de la région qui mène directement à Persépolis est la partie nord-ouest du siège royal, aussi connu comme le complexe Firouzi, sur laquelle se sont concentrées les études des expéditions archéologiques. Il est également le lieu où se trouvent les vestiges d’un monument célèbre appelé Tal-e Ājori.

« Toute étude complète de Tal-e Ājori devrait être menée dans un cadre plus large de la recherche précédente à Pārsa. À l’instar les études antérieures, nous supposons que la région dans le voisinage du jardin de Firouzi faisait partie d’une ville relevant du pouvoir royal à Persépolis.

«Les restes de l’Empire achéménide près du village de Firouzi, a-t-il ajouté, ont peu à peu intéressé les archéologues qui ont étudié les zones entourant le siège royal afin de localiser la place royale sacrée, dans les limites élargies de la ville durant près de 100 ans.

Briques émaillées «Les découvertes les plus importantes de cette saison des fouilles sont 30 briques émaillées ornées d’images d’animaux ailés, comprenant les bêtes mythiques des époques élamite et achéménides, dans une tradition ressemblant à celles de Choucha et de la Mésopotamie au sud-ouest de l’Iran. L’extérieur et la grande salle de la porte de cette section de Pārsa sont décorées avec des briques colorées émaillées. Le bâtiment était constitué de milliers de briques. Cependant, la structure majestueuse a été réduite en un tas de poussière, et c’est pourquoi il est maintenant appelé Tal-e Ājori par les habitants. »

Une équipe irano-italienne d’archéologues a exploré Tal-e Ājori pendant près de 50 jours en octobre et en novembre 2013. La mission a démarré en 2005. Persépolis a été le siège de la dynastie achéménide jusqu’au déclin de l’empire en 331 av. J.-C.

La terrasse où les maisons royales ont été construites laisse deviner un paysage urbain pour les palais achéménides avec plus de 100 objets anciens et de grandes œuvres monumentales dans le voisinage du siège royal ainsi que les bâtiments dispersés sur une zone de 600 hectares autour de Persépolis avec des jardins répartis entre ces bâtiments.

Les fouilles ont été dirigées par le Dr Chavardi de l’Université de Shiraz et le professeur Pierre Francesco Caglieri de l’Université de Bologne et financées par ministère provincial du Patrimoine culturel, de l’Artisanat et du Tourisme de la province du Fars.

La saison a fourni une reconstitution du paysage géomorphologique de Persépolis et de Pārsa ; 10 hectares de zones proches de Tal-e Ājori ont été documentés par l’utilisation d’instruments géo-électriques et géophysiques en mesurant les variations du champ magnétique.

Source Iran Frontpage.

Pour tout savoir sur la campagne archéologique : « Tol-e Ājori, a new monumental building in Pārsa: Preliminary cross interpretations from recent surveys and excavations works around Persepolis (2005-2012)’

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *