La « princesse Qâjâr » et le problème des mèmes historiques trompeurs

« Khanum ʻIsmat al-Dawlah » et « Taj al-Saltanah ».
Images recadrées de (à gauche) « Khânom ʻIsmat al-Dawlah » vers le milieu/la fin du XIXe siècle, provenant de la collection de l’Institut d’études historiques contemporaines iraniennes (5216-3 ع), et (à droite) une image du « Taj al-Saltanah » d’Ivanov (Roussie-Khan) datant d’environ 1909/1910. Avec l’aimable autorisation de Women’s Worlds in Qajar Iran.

L’histoire déformée est parfaitement incarnée dans un récent mème viral qui dépeint une princesse persane du XIXe siècle avec des poils sur le visage, et qui affirme que treize hommes se sont suicidés à cause de leur amour non partagé pour elle. Bien qu’il échoue lamentablement sur le plan de la précision historique, le mème réussit à démontrer avec quelle facilité le piège à clics viral obscurcit et éclipse les histoires riches et significatives du passé.

Tout le monde n’a pas été convaincu par le mème « Princesse Qâjâr », qui affirme que cette princesse persane à la moustache apparente était considérée comme une beauté idéale à son époque et que « treize jeunes hommes se sont suicidés parce qu’elle les a rejetés ». Il n’est donc pas surprenant que peu de personnes aient exprimé leurs doutes en se basant sur l’absence de sources ou de citations d’aucune sorte, se concentrant plutôt sur l’apparence de la princesse.

La princesse Fatemeh Khânom « ’Esmat al-Dowleh » (1855/6-1905). Inscrite : « Khânom ʻIsmat al-Dawlah fille de Nasir al-Din Shah, épouse de Dust Muhammad Khan Muʻayyir al-Mamlik », et datée du milieu/fin du XIXe siècle. La photo fait partie de la collection de l’Institut d’études historiques contemporaines iraniennes (5216-3 ع). Avec l’aimable autorisation de Women’s Worlds in Qajar Iran. C’est l’image qui figure dans le mème historique indésirable.

C’est, bien sûr, exactement le genre de réaction souhaitée lors de la création d’un mème dans l’espoir qu’il devienne viral. Au diable les faits et les sources, même s’ils proviennent d’une page dite « éducative/historique ». Ils ne vont pas le faire devenir virale comme les déclarations sensationnelles qui misent sur une misogynie intériorisée et des concepts de beauté étriqués.

Et puis il y a la triste vérité : peu de gens se donnent la peine de vérifier les faits par eux-mêmes. Ceux qui le font se heurtent souvent à des faits trompeurs similaires, créant un fatras de données confuses et peu fiables qui occultent les bonnes sources et les vraies informations. Par exemple, les personnes bien intentionnées qui commentent ce mème sont souvent promptes à prétendre que le sujet de la photo est un acteur masculin représentant la princesse. D’autres vont plus loin et affirment que non seulement il s’agit d’un acteur, mais que la représentation a été faite pour ridiculiser la princesse, en incluant la « vraie » photo dans les commentaires. Aucune de ces affirmations n’est exacte.

La réalité historique de ce mème trompeur est, comme toute l’histoire, complexe et profondément enracinée dans une période de grand changement dans l’histoire de la Perse qui a impliqué des questions comme la réforme, le nationalisme et les droits des femmes. Au cœur de cette histoire, cependant, il y a non pas une, mais deux princesses persanes qui ont défini et défié les normes et les attentes fixées pour les femmes de leur temps et de leur pays. Ni l’une ni l’autre, d’ailleurs, n’a été nommée « Princesse Qâjâr », bien qu’elles fussent toutes deux princesses de la dynastie Qâjâr de Perse.

La princesse Zahra Khânom « Taj al-Saltaneh » (1884-1936). La 12e fille de Nasir al-Din Shah Qâjâr, et demi-sœur d’Esmat. Datée de 1909 ou 1910, par Ivanov (Roussie-Khan). Avec l’aimable autorisation de Women’s Worlds in Qajar Iran. Le Taj est parfois suggéré comme la « vraie princesse Qâjâr » en réponse au mème ambigu et trompeur.

La principale figure de cette histoire est la princesse Fatemeh Khânom « Esmat al-Dowleh » [1], fille de Nasir al-Din Shah Qâjâr (1831-1896), roi de Perse de 1848-1896, et de l’une de ses épouses, Taj al-Dowleh. La photographie qui circule est bien celle d’‘Esmat, mais pas d’un acteur, et a été prise par son mari vers le milieu ou la fin du XIXe siècle. Cette seule information, facilement accessible en ligne et sur papier, contredit l’affirmation selon laquelle ‘Esmat était le symbole ultime de la beauté… au début des années 1900 ». Comme la photo d’‘Esmat a été prise des années auparavant, et qu’elle est morte en 1905, il est difficile de faire d’elle une icône d’une époque qu’elle a à peine embrassée.

La seule partie du mème qui a un grain de vérité est qu’il y a bien eu une période dans l’histoire perse où l’apparence d’‘Esmat — à savoir sa « moustache » — était considérée comme belle. Selon le Dr Afsaneh Najmabadi, professeur à l’université de Harvard, « de nombreuses sources en langue persane, ainsi que des photographies, datant du XIXe siècle, confirment que les femmes Qâjâr portaient une fine moustache, ou plus précisément un duvet doux, en signe de beauté » [2]. Mais, comme le souligne clairement le Dr Najmabadi, ce concept de beauté était à son apogée au XIXe siècle. En d’autres termes, les années 1800, et non les années 1900, comme le prétend le mème.

‘Esmat, un produit de son époque, de son pays et de son statut, n’a pas fait exception. Dans le livre du Dr Afsaneh Najmabadi, Women with Mustaches and Men without Beards: Gender and Sexual Anxieties of Iranian Modernity, elle raconte l’anecdote de la rencontre d’une femme belge avec ‘Esmat à la cour de Perse en 1877 : « Dans sa description d’Ismat al-Dawlah, Serena a observé que “sur ses lèvres supérieures, elle avait un doux duvet de moustache qui lui donnait un air viril” » [3], ce qui ne signifie pas pour autant qu’‘Esmat était un symbole de ce type de beauté. En fait, comme nous le verrons, son image a peut-être eu un pouvoir bien plus grand.

Un tableau d’‘Esmat (peintre inconnu) dans la collection Bahman Bayani. Avec l’aimable autorisation de Women’s Worlds in Qajar Iran.

Malheureusement, non seulement le mème « Princesse Qâjâr » réduit cet élément de l’histoire culturelle profondément nuancé en un cliché d’histoire trompeur, mais il aggrave encore la situation en ajoutant l’affirmation sensationnelle que treize hommes se sont suicidés à cause de leur amour non partagé pour elle. Naturellement, aucune source n’est donnée pour soutenir cette affirmation, qui semble être tirée de nulle part. Si c’était vrai, il semblerait qu’il y aurait des éléments dignes d’être inclus dans les informations biographiques légitimes, même les plus courtes, sur ‘Esmat, mais elles n’apparaissent nulle part.

Il y a cependant au moins deux bonnes raisons de ne pas croire à cette affirmation. Premièrement, ‘Esmat s’est probablement mariée vers l’âge de neuf ou dix ans » [4]. Deuxièmement, le mariage a très probablement été arrangé alors qu’elle vivait parmi les femmes du harem de son père. Il semble très peu probable qu’elle ait eu l’occasion de rencontrer un homme qui ne soit pas de sa famille, sans parler de séduire et de rejeter treize amants suicidaires. Plus tard, en tant que femme mariée dans la Perse patriarcale, il est tout aussi peu probable qu’elle ait été courtisée par des prétendants amoureux.

Il ne semble guère nécessaire à ce stade de remettre en question la motivation du créateur du mème à relier une revendication aussi douteuse et sensationnelle à cette image. Si ce n’était pas déjà le cas, il devrait être évident que cela n’a presque rien à voir avec l’histoire réelle, et tout à voir avec le fait de susciter une réaction émotionnelle écrasante dans les médias sociaux. Le fait que le moyen de parvenir à la fin était l’exploitation de l’apparence d’une femme n’est guère surprenant. Qu’elle soit insidieuse et préjudiciable, tant à l’histoire en général qu’à l’histoire des femmes en particulier, ne fait aucun doute.

L’accent mis sur l’apparence historique des femmes sans le bénéfice du contexte et de l’analyse est, et a toujours été, un moyen très efficace de détourner le récit de leurs réalisations et de diminuer leur impact sur l’histoire. Qu’‘Esmat ou toute autre femme ait été ou soit considérée comme belle ou non n’a que peu d’importance, c’est pourquoi l’histoire patriarcale s’y est tellement attachée. Commencer et terminer la conversation sur une femme en parlant de son apparence garantit presque que ce sera tout ce dont la plupart des gens se souviendront d’elle. Dans le cas d’‘Esmat, le fait de garder son anonymat en lui donnant l’appellation générique “Princesse Qâjâr” garantit que ceux qui souhaitent en savoir plus n’auront pas grand-chose à faire. »

Non pas que le créateur du mème ait fait de véritables recherches pour créer le mème. Cela aurait demandé des efforts, des compétences, de la persévérance et un réel désir de préserver et de perpétuer la bonne histoire. S’ils l’avaient fait, il ne fait aucun doute que le mème résultant n’aurait pas eu le volume de réponse qui fait qu’un mème devient viral. Mais il aurait contenu des informations bien plus intéressantes que ce qu’ils ont inventé et/ou déformé. Ils auraient découvert, par exemple, qu’‘Esmat était l’une des femmes les plus photographiées à la cour de son père, et ce n’était pas parce qu’elle se conformait aux idéaux contemporains de beauté.

Trois générations de femmes du Qâjâr royal : ʻEsmat (au centre), sa mère et sa fille. L’inscription se lit comme suit : ‘Esmat (centre), sa mère et sa fille : « Taj al-Dawlah épouse de Nasir al-Din Shah, ʻIsmat al-Dawlah, Khanum Fakhr Taj. » Cette photo fait partie de la collection de l’Institut d’études historiques contemporaines iraniennes (3-5215-3 ع). Avec l’aimable autorisation de Women’s Worlds in Qajar Iran.

Deuxième fille de Nasir al-Din Shah Qâjâr, ‘Esmat avait suffisamment la confiance de son père pour être chargée d’accueillir les femmes étrangères à la cour » [5]. Contre la tradition, elle a appris à jouer du piano et est devenue photographe avec un studio privé chez elle. [6] Plus important encore, elle a parfois usé de son influence auprès de son père, par exemple lorsqu’elle l’a convaincu de laisser son mari revenir dans le pays [7]. Comme d’autres femmes royales à la cour de son père, ‘Esmat semblait être une femme compétente, avec une bonne dose de liberté d’action.

En fait, l’apparition d’‘Esmat et d’autres femmes du harem a peut-être eu un pouvoir bien plus grand que celui de simplement attirer une multitude de prétendants. L’historien de l’art Dr Staci Gem Scheiwiller a affirmé que le grand nombre de photographies des femmes du harem de Nasir al-Din Shah Qâjâr « a permis de démontrer le développement d’une conscience révolutionnaire féminine » [8], ce qui aurait placé ‘Esmat au centre de cette révolution sociale et culturelle.

Au premier plan, l’autre princesse de la dynastie Qâjâr qui a été associée par erreur au malheureux mème en raison de la vague référence à la « princesse Qâjâr » : Princesse Zahra Khânom « Taj al-Saltaneh » [9]. Douzième fille de Nasir al-Din Shah Qâjâr, et demi-sœur d’‘Esmat, Taj était une féministe et une nationaliste qui soutenait une révolution culturelle et constitutionnelle en Perse.

Un « Portrait de cabinet » de Taj al-Saltaneh, inscrit : « Taj al-Saltanah, fille de feu Nasir al-Din Shah. » Cette photo fait partie de la collection privée de Bahram Sheikholeslami. Avec l’aimable autorisation de Women’s Worlds in Qajar Iran. Certaines versions du mème offensant incluent cette image comme la « Princesse Qâjâr » générique, plutôt qu’une femme distincte avec son propre nom et sa propre identité.

Selon le Dr Najmabadi, Taj « […] a articulé certains des arguments les plus éloquents avancés par les femmes pour que le dévoilement soit le premier pas nécessaire vers la participation des femmes à l’éducation, au travail rémunéré et au progrès de la nation » [10], et le Dr Scheiwiller souligne un passage clé des mémoires publiées de Taj, Crowning Anguish: Memoirs of a Persian Princess from the Harem to Modernity 1884–1914 : « Quand le jour viendra où je verrai mon sexe émancipé et mon pays sur la voie du progrès, je me sacrifierai sur le champ de bataille de la liberté, et je verserai librement mon sang sous les pieds de mes cohortes d’amoureux de la liberté qui cherchent leurs droits. » [11].

À leur époque, ‘Esmat et Taj ne se définissaient pas par leur apparence. Leurs réalisations n’étaient pas le résultat de la fixation ou de la copie de normes culturelles de beauté. C’étaient des femmes de mérite et de substance dont les histoires méritent d’être racontées et perpétuées de manière respectueuse et significative, et non pas diminuées et ridiculisées.

En parlant des femmes de la cour de Qâjâr, comme ‘Esmat et Taj, dont les images ont tant de signification et d’importance historiques, le Dr Scheiwiller a écrit de façon poignante : « La photographie de soi-même a pu transformer un visage vide de sens, dont l’histoire ne serait pas racontée, en un visage gravé dans le temps. » [12]

Ce serait une parodie que de s’asseoir et de laisser un mème futile gâcher la vraie beauté et l’importance historique de ces femmes et de leurs images.

Victoria Martínez

Notes

[1] Les sources comprennent une variété d’orthographes pour les noms persans. Dans le cas de la princesse Fatemeh Khânom, elle est généralement désignée par « ‘Esmat » ou « ‘Ismat » (avec ou sans accent), et son deuxième nom peut être décliné en ed-Dowleh et al-Dowlah.

[2] Najmabadi, Afsaneh. Women with Mustaches and Men without Beards: Gender and Sexual Anxieties of Iranian Modernity. Berkeley, CA: University of California Press, 2005, 233.

[3] ibid 232

[4] Son mari avait 10 ans lors du mariage (voir Women’s Worlds in Qajar Iran), et sa soeur, Taj al-Saltaneh fut mariée à 9 ou 10 ans (Women’s Worlds in Qajar Iran).

[5] See Women’s Worlds in Qajar Iran

[6] Scheiwiller, Staci Gem. Liminalities of Gender and Sexuality in Nineteenth-Century Iranian Photography: Desirous Bodies. (Routledge History of Photography). Oxford: Routledge, 2016, 69.

[7] Women’s Worlds in Qajar Iran

[8] Scheiwiller 73

[9] Écrit aussi al-Saltanah.

[10] Najmabadi 137

[11] Cité dans : Scheiwiller, Staci Gem. Photographing the Other Half of the Nation: Gendered Politics of the Royal Albums in 19th Century Iran. The Photograph and the Album. ed. Jonathan Carson et al. Edinburgh: MuseumsEtc, 2013, 64.

[12] ibid 65


Première publication sur abitofhistoryblog.wordpress.com le 12 décembre 2017. Traduction avec l’aimable autorisation de l’autrice.

2 thoughts on “La « princesse Qâjâr » et le problème des mèmes historiques trompeurs

  1. Merci pour toutes ces explications, je n’aimais pas ce meme déjà, et tout simplement, parce que je n’admets que l’on critique de façon négative le physique de quelque personne que ce soit, on ne connaît, et c’est bien le cas de le dire, l’histoire de cette personne et on ne sait pas ce qui a déterminé son apparence quelque soit l’époque. On peut être amusés par la mode vestimentaire, oui, par le physique non !

    Aussi je vous remercie pour ce morceau d’Histoire.

  2. Merci beaucoup pour toutes ces informations je suis très heureuse de n’avoir pas voulu mettre un commentaire qui me semblait inapproprié !

Répondre à Marie-Madeleine JARDI Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *