Avant Indiana Jones, Abraham Hyacinthe Anquetil-Duperron

Avant Indiana Jones et Lawrence d’Arabie il y a eut Abraham Hyacinthe Anquetil-Duperron. Né en 1731, Anquetil fut le premier orientaliste-aventurier : un érudit européen spécialiste de la culture asiatique qui incarnait également l’action audacieuse et héroïque sur le terrain. Sa spécialité était les racines des anciennes religions en Asie. Il a été le premier Européen à traduire l’Avesta, un recueil millénaire d’écritures au cœur du zoroastrisme, l’ancienne foi de la Perse préislamique. Afin d’apprendre à lire la forme de persan vieille de 2000 ans dans laquelle l’Avesta a été écrit, Anquetil a voyagé à travers l’Inde pendant six ans, à partir de 1755. Pendant la majeure partie de cette période, il a vécu dans le port de Surat, étudiant chez les Parsis, une communauté de zoroastriens qui avaient fui leur maison ancestrale, en Perse, des siècles auparavant. Publiée en 1771, la traduction de l’Avesta d’Anquetil fit sensation. La plupart des Européens considéraient encore les écritures hébraïques comme le texte religieux le plus ancien et le plus fiable. La traduction d’Anquetil a confronté les Européens aux écritures zoroastriennes qui étaient anciennes et indépendantes des traditions bibliques. Il a soulevé des questions troublantes sur l’histoire et le caractère unique du christianisme, et a révolutionné la pensée européenne sur la religion.

Continue reading Avant Indiana Jones, Abraham Hyacinthe Anquetil-Duperron

Le zoroastrisme numérique à la British Library

La British Library a la chance de posséder une collection inégalée de plus de 100 ouvrages zoroastriens allant de la plus ancienne, la prière Ashem Vohu du IXe siècle écrite en écriture sogdienne, découverte par Aurel Stein en Asie centrale en 1907, aux manuscrits recueillis tout récemment spécialement pour la Royal Society de Londres, à la fin du XIXe siècle. Bien que le zoroastrisme soit d’origine iranienne, la plupart de nos manuscrits proviennent en fait de l’Inde. Ils sont écrits en avestique (ancien iranien), en persan moyen, en nouveau persan, ainsi que dans les langues indiennes comme le sanskrit et le gujarati.

Continue reading Le zoroastrisme numérique à la British Library