Le Père Noël vient aussi à Téhéran

L’Iran, bien que musulman, héberge de nombreuses minorités confessionnelles — souvent persécutées à différents degrés —, dont environ 100 000 chrétiens. Depuis quelques années, la fête de Noël rencontre un succès grandissant auprès des Iraniens, et plus particulièrement dans la capitale.

Au premier abord, Téhéran n’a pas l’air d’une étape privilégiée pour le père Noël. Mais de nombreux Iraniens, y compris musulmans, adorent le kitsch de Noël, dans un pays parmi les plus sûrs de la région pour les chrétiens.

Des Iraniennes regardent les décorations de Noël dans des boutiques de Téhéran, le 24 décembre 2016.
Des Iraniennes regardent les décorations de Noël dans des boutiques de Téhéran, le 24 décembre 2016.

Courant décembre, les clients ont afflué dans le quartier arménien de Somayeh, qui compte la plus grande concentration de chrétiens de la ville, pour acheter de faux sapins de Noël, des boules, des rennes et des bonshommes de neige en plastique.

Continue reading Le Père Noël vient aussi à Téhéran

Shiraz-Persépolis : quand l’Iran accueillait un festival d’art

Dernière affiche du festival_des_arts de Shirâz-Persépolis (Musée d'art moderne de Paris)
Voir description à la fin de l’article.

De 1967 à 1977, le festival des arts de Shirâz-Persépolis (جشن هنر شیراز) s’est déroulé à Shirâz et Persépolis, Cette manifestation culturelle a accueilli des artistes du monde entier. Elle fut annulée au lendemain de la Révolution islamique.

Pendant 12 ans, le site antique de Persépolis a vu passer des spectacles qui mélangeaient allègrement la tradition persane au travail d’avant-garde d’artistes occidentaux.

Des musiciens tels Iannis Xenakis, John Cage, Gordon Mumma et Karlheinz Stockhausen y ont croisé des musiciens traditionnels balinais, une formation de Radio France, l’ensemble de percussion de Strasbourg, mais aussi Yehudi Menuhin ou Ravi Shankar.

Continue reading Shiraz-Persépolis : quand l’Iran accueillait un festival d’art

L’Iran, un géant à venir ?

L’accord sur le nucléaire iranien a permis, en 2016, la levée progressive des sanctions économiques qui touchaient le pays. Le Dessous des Cartes s’intéresse au retour de l’Iran sur la scène internationale, aux défis économiques que le pays doit relever et à son rôle politique et diplomatique dans une région très instable.